Les mousquetaires Index du Forum

Les mousquetaires
fraternité-amitié-partages

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

contes et légendes
Aller à la page: <  1, 2, 310, 11, 12
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les mousquetaires Index du Forum -> Le coin des mousquetaires -> contes et legendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
fleurdeschamps



Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 174

MessagePosté le: Jeu 19 Mar - 00:10 (2015)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Revue du message précédent :

 
 
 
 
 
 




Il serait né dans un petit village écossais du nom de  Cumberland vers l'an 389. 
Il portait alors le nom de Maewin Succat et sa famille était britannique romaine.
C'est à l'adolescence que son destin bascula... 
En effet, à l'âge de 16 ans, il fut kidnappé par des pirates et vendu comme esclave en Irlande à un cruel propriétaire terrien nommé Méliuc. 
Pendant 6 ans, Maewin garda des moutons et des porcs et vécut dans des conditions fort misérables. Pendant cette période de captivité, envahi par la solitude, il eût de nombreuses visions... Le Dieu des Chrétiens se serait manifesté à lui...

Jusqu'alors païen, Maewin se rapprocha considérablement de Dieu. 
Une nuit, une voix lui parvint et lui annonça qu'un bateau l'attendait cette nuit même. 
C'est ainsi que Maewin put s'échapper et il partit pour la France alors appelée Gaule. Il étudia à Lérins puis Auxerre pendant 12 ans et prit le nom de Patrick. Il devint prêtre et en 432 fût ordonné évêque par le pape Célestin et envoyé en Irlande pour convertir les païens. 

La légende raconte que ce sont à nouveau ses rêves fructueux qui le conduisirent à devenir missionnaire dans son ancien pays de détention, pour le rallier au catholicisme.  Il installa son siège à Armagh en Irlande du Nord. Toutefois, l'Irlande celtique d'alors était guidée spirituellement par les druides et pratiquait des rites païens. Légendes, croyances et surnaturel étaient vivement ancrés dans le quotidien.

Le catholicisme y était encore inconnu, la tâche n'était alors pas évidente... L'opposition était si forte que Saint-Patrick fut arrêté à maintes reprises mais, aidé de Dieu, il réussit à s'échapper à chaque fois.  
S'armant de son seul courage, il parcourut toutes les régions d'Irlande, formant des apôtres, établissant des monastères et des églises et convertissant le peuple et les dirigeant... jusqu'au roi ! Ainsi, peu à peu, les premiers piliers du catholicisme irlandais ont été fondés.

Saint Patrick s'est éteint à l'âge de 72 ans, à DownPatrick, comté dans le sud de l'Irlande, le 17 mars 461.   
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Mar - 00:10 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
claudine
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 428
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 19 Mar - 15:49 (2015)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Okay  
_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 174
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 26 Mar - 10:06 (2015)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

LA TOUR MAUDITE  ( Seine-Maritime) 
 
 
Près de Caudebec en Caux on aperçoit encore, à la lisière d'un petit bois, les vestiges d'un ancien donjon, presque entièrement écroulé de pierre et de débris, au milieu desquels il ne reste debout qu'un pan de muraille entouré d'un fossé d'une certaine profondeur. Il y a vingt ans à peine, ces ruines moins bouleversées étaient d'un effet merveilleux et fantastique, le soir surtout, lorsque la lune éclairant leur sommet faisait ressortir les reliefs de leurs ombres. Aujourd'hui encore, malgré tout ce qu'elles ont perdu de leur forme et de leur pittoresque, elles prêtent à la poésie. On devine en les apercevant, qu'elles ont à raconter quelques histoires sinistres, et on n'est pas surpris, si le temps est sombre, si l'orage gronde, de voir l'habitant du pays se découvrir et se signer dévotement en passant à leurs pieds. Il aimerait mieux sentir ses habits traversés par la pluie de l'ouragan que d'y chercher abri un seul instant. C'est que ces pierres ont vu de terribles et d'étranges événements ! C'est qu'elles ont été la demeure d'un bien redoutable hôte. Jadis elles eurent pour maître Henrique de Maulévrier. C'était un gentilhomme cruel aux manants, terrible à ses serviteurs, redoutable à sa famille, fourbe à ses voisins, perfide à ses alliés. Oncques mécréant n'occupa plus discourtoisement sa vie. Il blasphémait à tous propos le nom de Dieu, maugréait contre les hommes, tempêtait contre lui-même. Heureux encore, lorsque dans ses humeurs fantasques il avait ses chiens à battre, sans quoi les coups de fouet tombaient sur le dos de ses vassaux. Sans compter les droits seigneuriaux, j'ai oublié lesquels, dont il usait, dit la tradition, avec une licence païenne. Aussi se disait-on tout bas dans le canton, qu'assurément il avait du sang de maudit dans les veines, ou qu'un pacte l'unissait à quelque génie des ténèbres.Mais ce qui n'était pas moins surprenant, c'est que ce mécréant avait un chapelain à son service. Il fallait que le digne personnage fut bien malhabile pour ne pas amener son maître dans la voie de la résipiscence, ou que celui-ci fut bien enraciné dans le mal, pour ne pas céder aux exhortations de son aumônier. Nous préférons toutefois cette dernière supposition et nous nous y arrêterons charitablement... pour le chapelain. Il y avait cependant fort à reprendre sur sa façon d'agir, car s'il y avait quelque mal à faire et qu'on le consulta, il trouvait toujours moyen de mettre les choses au pis, si par exemple son maître disait :
- Ferai-je pendre ce drôle, bâtonner ce valet, fustiger ce manant ?
Sa réponse était indubitablement affirmative.
L'extérieur de ce personnage ne prévenait pas beaucoup en sa faveur, il avait les cheveux roux comme ceux de Judas, dont le nom soit exécré ! De longues dents jaunâtres ressortaient par dessous ses lèvres, ses doigts osseux se terminaient par des ongles pointus si durs et si rugueux qu'on eut dit des griffes. Quand il riait, ce qui ne lui arrivait que dans les malheurs publics ou privés, on eut dit un globe d'airain qui se fend, tant c'était aigu et discordant. Son prédécesseur, un saint homme, que Henrique n'aimait guère, avait été trouvé mort dans son lit, et dès le lendemain il se trouvait, lui, auprès du sire de Maulévrier. Cela aurait bien pu donner à penser.

Or, il advint que Henrique, ayant eu une violente discussion avec un de ses voisins dont il convoitait les biens, résolut sur l'avis et les conseils de son aumônier de s'emparer de son château. Ayant rassemblé tous ses hommes d'armes, les ayant armé jusqu'aux dents, suivi d'un grand nombre de ses vassaux transformés en soldats, il vint mettre le siège devant la demeure de son ennemi. Mais celui-ci, prévoyant cette attaque, fut mis si bien en mesure d'y résister, qu'il fut impossible d'entailler ses murailles, ni d'en franchir ses fossés. 
- Chien maudit ! s'écriait Henrique, écumant de rage, aurait-il donc insulter en vain ! Moi, le sire de Maulévrier, de pouvoir forcer ses portes ! M'arrêter devant ce pont-levis ! Oh, mes hommes d'armes, mes braves serviteurs repoussés ! Damnation !
Ses imprécations pas plus que ses efforts ni ses coups n'ébranlèrent les remparts de son voisin ; après avoir tenté tous les moyens, voyant que la lutte était inégale, qu'on se moquait de ses menaces, qu'on massacrait ses soldats par des projectiles lancés du haut des remparts, Henrique donna le signal de la retraite.
Il s'en retournait ainsi chez lui le front bas et humilié, quand subitement il s'arrêta frappant du pied :
- Dieu me soit maudit, blasphéma-t-il, puisse Satan avoir mon âme !
Vilaines et perverses paroles, qu'il ne faut jamais prononcer, comme vous allez le voir, parce que les anges des ténèbres rôdent toujours autour de nous pour nous faire pêcher. Un rire âcre et aigu retentit à ses oreilles ; il se retourna et aperçut ... le diable ? Non, sire Hugues.
- Si Satan acceptait, monseigneur, ricana le chapelain en montrant ses longues et détestables dents, il pourrait bien vous livrer un château pour votre âme.
- Oh, par Belzébuth, que cela soit ainsi ! Oui, mon digne abbé, mon corps, mon âme, vous aussi, ma foi ! Je donnerais tout pour me venger !
- Il est vrai que vous avez été rudement outragé.
Le moine riait toujours.
- Je vois à votre rire qu'il arrivera quelques malheurs ici ; je ne sais à qui, mais je jure, que fut-ce à moi, je suis prêt à tenir ce que j'ai promis.
- Et bien ! Satan a peut-être entendu et accepté !
Alors il s'approcha de l'oreille de son maître et lui parla bas. Une joie affreuse dilatait tout son visage. Quand il eut fini, Henrique dont les traits étaient décomposés, murmura :
- Oui, mon âme !
- Si Belzébuth vous donnait une tour, ajouta le moine, vous pourriez bien lui donner la vôtre en échange.
- De grand cœur ! Tour, domaines, vassaux, qu'il ait tout mais que je pende mon assassin ! Le chapelain disparut. Henrique fit volte-face.

Trois heures après il était vainqueur. Une potence s'élevait, on y attachait le vaincu et ses serviteurs…
La nuit suivante, le sire de Maulévrier reposait tranquillement, peu soucieux de sa conscience. Un coup de tonnerre qui ébranla tout le château vint le réveiller. Saisi d'une terreur mystérieuse, il se mit sur son séant. Tout était redevenu silencieux mais son cœur battait si violemment qu'il en entendait les pulsations... L'horloge du château laissa tomber, comme un glas funèbre, les douze coups de minuit. Henrique se sentit peur... Il voulut appeler, sa bouche ne trouva pas de parole, sa langue était glacée... Une lueur blafarde et sulfureuse se répandait alentour de la chambre ; des hommes dont il avait un vague souvenir : ils ressemblaient à ceux qu'il avait fait mourir le matin, mais leur forme était vaporeuse, indécise, dressèrent un gibet au milieu du parquet. Cela fait, ils se prirent les mains et dansèrent alentour, sans que leurs pas rapides et pressés produisent le moindre bruissement. Puis, la ronde fantastique s'ouvrit, quatre ensevelisseurs parurent portant un cadavre, tous les autres se prosternèrent la face contre terre ; le cadavre se dressa tout debout, c'était le voisin de Henrique... Il tourna ses yeux glauques et vitrés vers lui, tira du suaire qui le couvrait, un bras blême et décharné qu'il étendit vers son bourreau en lui disant d'une voix caverneuse :
- A bientôt sire de Maulévrier !
Tout disparut aussitôt.

Combien de fois se renouvela cette horrible vision ! Notre Sauveur, qui punissait les crimes de ce pervers, le sait. Mais sans doute elle eut lieu souvent, car on vit Henrique décliner et périr, rongé d'un mal incurable, jusqu'au jour où ses serviteurs le trouvèrent étouffé dans sa chambre à coucher.
Depuis lors le castel fut inhabitable. Les bruits affreux, mugissements lugubres, des cris infernaux ne cessaient d'y retentir. Il apparaissait çà et là aux croisées des figures bizarres. Nul dans le pays n'osait pendant la nuit en approcher. On assurait même avoir vu la figure du chapelain dans un tourbillon de bitume enflammée errer de côté et d'autre sur les créneaux.
Les héritiers de Henrique désirant entrer en possession du donjon, résolurent d'y faire passer les prières d'un exorciste. Pressé par leurs instance, le prieur de l'abbaye voisine consentit à bénir la tour.
On alluma une centaine de cierges devant le patron du pays, puis croix et bannière en tête, chaque paroissien prit un vase d'eau bénite à la main.
De son côté, Satan, en capitaine prévoyant, avait mis triples barricades aux portes ; l'eau bénite n'y pouvait rien. Pour un coup de goupillon, on recevait comme un défi, un long et scandaleux éclat de rire. L'abbé saisit le manche de la croix et frappa contre la porte, récitant à haute voix l'attollite-portas !!!
La porte résonna sous le coup fortement appliqué, et alors seulement Satan ne sachant trop comment les choses pourraient issir, consentit à parlementer et recevoir à cette fin dans la salle d'honneur douze de ses ennemis. Ceci convenu, il se poste à l'entrée du donjon, et les laisse défiler, comptant sur ses griffes. Soit malice, soit inattention, le bon pasteur s'était mis en plus des délégués et en entrant, il présenta très gracieusement son goupillon à son hôte. Celui-ci ne voulant pas rester en arrière de politesse y appliqua une de ses griffes, mais il ressentit une si cuisante douleur qu'il s'exclama d'une façon formidable. La légion des maudits qu'il commandait, crut que la trêve était rompue et se précipita contre les hommes du Seigneur. Ce fut une horrible mêlée dans laquelle les parlementaires répandirent sur les dalles des corridors toute leur eau bénite. Renversé, culbuté, l'abbé lui-même se sent imprimer au visage deux griffes acérées. Il fallut vivement se retirer. 
Mais Satan ne pouvant vivre non plus dans un lieu qui avait été ainsi aspergé et exorcisé, fut obligé de battre en retraite, et d'abandonner un logis si légitimement acquis. Cependant depuis cette catastrophe il ne se trouva personne d'assez intrépide pour habiter la Tour Maudite.










Octave FÉRÉ - Légendes et traditions
de la Normandie. (Rouen, 1845)




 

_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
Romantica


Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2014
Messages: 234
Localisation: Au quai des rêves
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Mar 9 Fév - 23:42 (2016)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

  J'ai beaucoup aimé
_________________
http://merveillespoetiques.forumperso.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
CEDRIC1
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 25 Mai - 13:06 (2016)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

MON VOEU. ..
J'ai un aveu à te faire
Je veux te dire
Ce que tu peux m'offrir
Et pour être sûre de ton silence
Je vais me taire
Je vais juste te faire
un baiser insensé.
J'ai besoin de tes câlins
De ton front brûlant sous mes mains
De cette chamade dans ton coeur
Qui me fait une aubade meilleure
De ta chaleur de ta douceur
De tes mots si fous si doux
De ton amour chaque jour
Qui me parle de tout
Je veux être pour toujours
Ta princesse d'amour
Qui danse sous tes caresses
Je m'offre aux sons de tes mots
Ma peau vibre à leur écho.
Je veux m'envoler hirondelle
Belle demoiselle en dentelle
Et m'épanouir à ia fleur de tes sens
Entrer doucement dans ta transe.
La fièvre qui m' étreint
Emporte ma raison et je crains
De m 'évanouir un matin
Dans les vapeurs de tant de plaisir
Que ma pudeur contient
Êt je te bercerai dans mes bras
Cômme un oiseau blessé
Tu guériras de tous ces maux enfouis en toi
Toute ma douceur les fondra
Et tu te blottiras contre moi
Tu liras dans mes yeux
L'ampleur de mon bonheur
Cette explosion de soi
Qui se voit dans les pleurs
Mes larmes glisseront sur mes joues.
A force de jouer à ce jeu dangereux,
Des perles de joie jailliront
Telle une fontaine généreuse
Dans laquelle on jettera nos vœux.
Je glisserai mes pas dans les tiens
Souple et légère je cambrerai les reins
Pour que tu m'embrasses tendrement
Sous un réverbère étincelant
Tu me retiendras chancelante
Inondée de phanères
attirées par la lumière
Et notre amour lui ne sera pas éphémère...


Revenir en haut
claudine
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 428
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 09:06 (2016)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

beau texte  Cedric
_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 174
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 23:19 (2016)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Okay   joliiii  Smile
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
Romantica


Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2014
Messages: 234
Localisation: Au quai des rêves
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 22:40 (2016)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Merci Fleur des champs, j'aime vraiment beaucoup !!!


Gros 
_________________
http://merveillespoetiques.forumperso.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:24 (2017)    Sujet du message: contes et légendes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les mousquetaires Index du Forum -> Le coin des mousquetaires -> contes et legendes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 310, 11, 12
Page 12 sur 12

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com