Les mousquetaires Index du Forum

Les mousquetaires
fraternité-amitié-partages

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

contes et légendes
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 610, 11, 12  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les mousquetaires Index du Forum -> Le coin des mousquetaires -> contes et legendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
fleurdeschamps



Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178

MessagePosté le: Mer 19 Juin - 06:39 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Revue du message précédent :

Le songe de Rollon 
 
 
 
Toute la flotte de Rollon demeurait arrêtée sur les côtes de l’Angleterre, parce que ce prince était encore indécis s’il devait tenter ou non une descente en France, lorsqu’il eut, au dire des anciens chroniqueurs, un songe merveilleux qui décida de sa destinée. 
 
 Il rêva qu’il voyait en France une superbe et verdoyante montagne, d’où s’échappait une source dont le limpide bouillonnement et les tièdes vapeurs l’invitaient à s’y plonger. En même temps, Rollon crut s’apercevoir que son corps était déshonoré par une lèpre hideuse ; mais, s’étant précipité dans les eaux pures de la fontaine, il se trouva subitement guéri. Il vit ensuite une multitude d’oiseaux d’espèces variées et séduisantes, se distinguant par la couleur d’un brillant plumage : vert, jaune, rouge, bleu, violet, pers et noir. Tous ces oiseaux vinrent s’ébattre dans la fontaine, et, après s’être baignés délicieusement dans ses ondes, ils firent festin d’une viande exquise, dont chacun d’eux prit sa part avec empressement. Alors, ils se dispersèrent sur toute la montagne, et cherchèrent à se construire des nids. Rollon, ayant tenté de diriger leurs efforts, reconnut avec joie et surprise qu’ils lui obéissaient ponctuellement.  
 
A son réveil, le chef des Normands raconta à toute sa suite l’agréable vision qui l’avait occupé la nuit entière, mais il ne trouve personne, même parmi ses scaldes et devins, qui pût la lui expliquer. C’est que les lueurs trompeuses de leurs superstitions ne leur permettaient pas de saisir une révélation divine. 
 
 Cependant, un Anglais, inspiré par l’Esprit saint, s’offrit à lui donner l’interprétation désirée : « La Montagne, dit-il, figure l’église chrétienne ; la fontaine représente le baptême et les saintes onctions par lesquelles vous serez purifié ; la lèpre, la tache ignominieuse du péché ; les oiseaux aux ailes éclatantes de couleurs diverses, qui se sont baignés à votre suite, ne sont autres que vos guerriers qui, devenus chrétiens à leur tour, communieront d’une même foi avec les peuples que vous aurez conquis, les aiderons à reconstruire les églises et les monastères abattus et dévastés, et, en un mot, se transformeront en preux chevaliers, dont l’origine se distinguera aux riches couleurs de leurs écus blasonnés, et qui viendront vous rendre hommage comme leur suzerain. » 
  
Quand Rollon eut entendu l’explication d’un songe qui lui annonçait tant de gloire, il délivra tous les prisonniers anglais, et les renvoya comblés de présents au roi Alfred, afin d’obtenir la paix jusqu’au printemps prochain, époque à laquelle il se promettait d’abandonner l’Angleterre, pour voguer vers les rivages de France. 
 
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 19 Juin - 06:39 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mer 19 Juin - 12:35 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Beau texte et belle leçon Okay
_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 26 Juin - 06:26 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
La Nymphe du château de Wangenbourg (Alsace Bas-Rhin)

 
Au temps jadis, habitait dans le château de Wangenbourg, un seigneur très querelleur et à la moralité très douteuse. Au retour d'une de ses sorties guerrières avec ses compagnons d'arme, il vit une jolie jeune femme dans un près fleuri. Avec ses marguerites Le seigneur fut pris du désir de la séduire, par tous les moyens.

La princesse n'était pas seulement belle,elle avait été bénie à la naissance par une fée, et tout en elle était merveilleux. De nombreux prétendants avaient tenté de la séduire, mais étant trop jeune pour le mariage, elle avait du les repousser.
Le seigneur de Wangenbourg déploya tout le savoir faire de ses conseillés pour conquérir cette "tour imprenable" et, un beau jour, elle accepta sa demande.
Il lui promit de ne chérir qu'elle, et de ne plus convoiter d'autres coeurs.

Ils étaient heureux, et malgré les sollicitations de la vie d'un seigneur, il respecta sa promesse.
Mais, un jour, il se mit à regarder d'autres damoiselles, et, trahissant sa parole, il reprit sa vie d'avant.
La princesse en fut terriblement affectée. Elle décida de se laver de cet affront à la cascade de Nideck, qu'elle connaissait bien. Mais Wangenbourg est loin de Nideck pour une frêle princesse à pied.
Elle se blessa plusieurs fois sur les branches basses, les pierres acérées, et les ronces. Il lui semblait que le flamme de l'enfer sortait du sol pour la brûler. La densité de la forêt ne laissait passer que peu de lumière.

Lorsqu'elle arriva, épuisée, en haut de la cascade, ses jambes ne purent soutenir notre malheureuse princesse ensanglantée, et elle glissa dans le vide.
La fée, ayant eu vent de ses malheurs, arriva à travers les nuages, et dans un éclair, la rattrapa avant la chute fatidique.
- ' Mais que faire d'une beauté désespérée qui sera toujours la proie des hommes ? ' se dit la Fée.
Et l'idée lui vint de la transformer en Nymphe.
Depuis ce jour, les habitants prétendent qu'une ombre blanche danse sur l'écume de la cascade prévenant les promeneurs d'un orage proche.


 

_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mer 26 Juin - 21:20 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

Joli...  Fleurdeschamps
_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 6 Juil - 06:50 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
 
 
La momie de l'église St-Thomas (Bas-Rhin)    
 
  
 
 
 
 L’église Saint Thomas est l’une des nombreuses curiosités de Strasbourg. Les visiteurs peuvent y admirer le fameux mausolée du maréchal Maurice de Saxe mais le sacristain, guide de cette église, les invite aussi à descendre dans les caveaux.
 
Là, au centre de la pièce, ils découvrent un cercueil de verre dans lequel repose le corps embaumé d’une jeune fille. Habillée de sa robe de mariée, elle porte encore ses bijoux. Sa tête repose entourée de fleurs d’oranger. La jeune fille est très bien conservée mais pourtant le spectacle est hideux. D’une maigreur effrayante, la défunte ébauche un sourire affreux. Ses yeux enfoncés dans leurs orbites et ses joues extrêmement creuses font ressortir son nez qui parait beaucoup plus long.
 
Cette scène fait régulièrement fuir les curieux qui préfèrent sortir au lieu d’écouter le sacristain leur raconter l’histoire de la jeune et charmante comtesse de Nassau qui décéda au moment de son union avec un noble chevalier alsacien.
 
Une ancienne légende raconte que la momie de l’église de Saint Thomas revient à la vie en hiver, lors des bals. Chaque année on peut l’apercevoir virevoltant au milieu des danseuses. Elle a coutume d’apparaitre au bal donné au profit des pauvres. La jeune comtesse fiancée, morte il y a de ça trois siècles, valse avec un entrain endiablé au bras d’un cavalier. Aucun doute c’est bien elle, sa robe blanche, ses bijoux ainsi que sa maigreur squelettique, sa bouche grimaçante et ses yeux perdus dans leurs orbites en attestent. Echappée de son cercueil, elle danse, elle tourbillonne et offre son affreux sourire à qui la regarde.
 
On prétend que depuis l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne, les bals sont emplis d’une multitude de comtesses de Nassau. Vérité ou simple mythe, pour vérifier il faut y aller !

 
 
   
 
   
 
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 6 Juil - 12:13 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 je ne sais si je la verrais un jour moi qui aime l'Alsace!
_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 6 Juil - 17:41 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

La danse de Saint-Guy 
 
Toutes les musiques ne sont pas bonnes. Et une petite flûte peut parfois servir à faire la morale.
 Deux jeunes gens du côté de Vivy devaient l'apprendre à leurs dépens.

Ils avaient rencontré un vieux mendiant aux jambes cagneuses qui, fourbu, portait à grand-peine sa hotte sur son dos. Quand on est jeune, grand et fort, et fier de l'être, la tentation est grande de se moquer de ceux qui ne le sont plus. C'est ce que firent les deux jeunes gens: - Heureusement que tu ne te vois pas, dit l'un. - Tu avances tordu comme une écrevisse ! renchérit l'autre. Et ils lui lancèrent divers quolibets en riant. Le mendiant s'arrêta, et, jetant sur eux un regard d'un bleu d'acier extraordinairement clair et dur, il leur dit: - Vous ne rirez pas longtemps. Vous allez marcher bien plus mal que moi, sacrés verrats (porcs mâles) !

Les regardant fixement, il sortit de sa poche une petite flûte, et joua une musique bizarre, aux sons aigus, sur un rythme accéléré. Sans pouvoir résister, les deux jeunes drôles se mirent à danser en se livrant aux contorsions les plus étranges. Ils bondissaient d'un bord du chemin à l'autre, agités de soubresauts frénétiques. Les passants s'esclaffaient, se demandant quelle fantaisie les prenait. Puis, ayant appris la raison de cette danse endiablée, ils trouvaient que la leçon n'était pas mauvaise, et ils en riaient.

Après un quart d'heure, les deux gaillards implorèrent le pardon du mendiant. - Grâce! Nous avons eu tort ! Laisse-nous ! Tu vas nous faire mourir. Aie pitié de nous ! Le mendiant ne se laissa pas émouvoir par leurs larmes. Il leur répondit: - Patience, valets, vous n'êtes qu'à la moitié de la leçon. Nous verrons bien comment vous serez dans un quart d'heure ! Il tint parole.

Au bout d'un quart d'heure, quand cessa la musique de sa flûte enchantée, les deux garçons étaient fourbus, défigurés, inondés de sueur. Ils savaient à peine marcher. Au milieu des moqueries, ils en furent réduits à se coucher par terre, tandis que le mendiant s'éloignait, plus si cagneux que cela, presque guilleret.
Razz
Si on connaissait la faute commise par les deux jeunes gens de Vivy, on n'a jamais su pourquoi un maléfice bien plus grave faillit coûter la vie au petit Joseph d'Orchimont. C'était un joyeux drille, qui aimait bien aller au bal. Est-ce un crime, à dix-huit ans? Il s'était attardé à la fête d'un village voisin, et peut-être y avait-il rendu quelqu'un jaloux, car il était bon danseur et savait faire rire les filles.

Il était minuit quand, sur le chemin du retour, il fut entouré par une nuée d'une forme indistincte, plus grande qu'un homme. Joseph sentit très nettement quelqu'un lui souffler au visage, d'une haleine aigre et chaude, qui avait un goût de haine. Dès qu'il fut à la maison, il fut pris de la danse de Saint-Guy, faisant des bonds impossibles, et se tordant en tous sens d'une manière incroyable.

Toutes les nuits, à pareille heure, la crise le reprenait. Le spectacle était à la fois merveilleux et effrayant. Il restait un temps suspendu en l'air par les pieds. Il flottait ainsi la tête en bas aussi aisément que nous marchons, puis il était projeté contre les murs, sautait et se tenait en équilibre sur le dossier des chaises sans les faire tomber, se posait au sommet des meubles ou bien bondissait sur la corniche où il s'avançait par bonds, faisant voler les ardoises.

Il sortait de ces séances exténué d'avoir fait l'oiseau et l'écureuil. Comme il dépérissait à vue d'œil, il écouta le conseil d'un de ses oncles, et alla à Charleville consulter les «gromanciens». Un de ces «contre-sorciers» lui dit: -Joseph, quelqu'un t'a jeté un sort. Tu as bien fait de venir ici, car j'ai le pouvoir de le conjurer. Regarde ce cœur de bœuf. Chaque aiguille que j'y plante transperce le cœur de la sorcière qui t'a fait souffrir. Elle comprendra maintenant qu'elle doit te laisser tranquille. Et quand il eut planté une vingtaine d'aiguilles dans le cœur de bœuf, le «gromancien» respira profondément et dit: - Ceci n'est qu'un avertissement. Tu vas rentrer chez toi cette nuit même, guidé par le papillon qui viendra voler autour de ta tête. Il te montrera un chemin très court que tu ne connais pas. Chez toi, tu trouveras la sorcière qui t'a fait le coup. Il ne faudra pas lui faire le moindre mal, sinon elle pourrait reprendre barre sur toi. Elle n'a peur que des gens calmes. Joseph revint chez lui comme en rêve, conduit par le papillon dont il entendait le léger battement d'ailes dans la nuit muette.Il sortait de ces séances exténué d'avoir fait l'oiseau et l'écureuil. Comme il dépérissait à vue d'œil, il écouta le conseil d'un de ses oncles, et alla à Charleville consulter les «gromanciens». Un de ces «contre-sorciers» lui dit: -Joseph, quelqu'un t'a jeté un sort. Tu as bien fait de venir ici, car j'ai le pouvoir de le conjurer. Regarde ce cœur de bœuf. Chaque aiguille que j'y plante transperce le cœur de la sorcière qui t'a fait souffrir. Elle comprendra maintenant qu'elle doit te laisser tranquille. Et quand il eut planté une vingtaine d'aiguilles dans le cœur de bœuf, le «gromancien» respira profondément et dit: - Ceci n'est qu'un avertissement. Tu vas rentrer chez toi cette nuit même, guidé par le papillon qui viendra voler autour de ta tête. Il te montrera un chemin très court que tu ne connais pas. Chez toi, tu trouveras la sorcière qui t'a fait le coup. Il ne faudra pas lui faire le moindre mal, sinon elle pourrait reprendre barre sur toi. Elle n'a peur que des gens calmes. Joseph revint chez lui comme en rêve, conduit par le papillon dont il entendait le léger battement d'ailes dans la nuit muette.
Arrivé à la maison, il trouva près du foyer une petite vieille au visage méchant et effrayé. Il dut se tenir à quatre pour ne pas lui donner une raclée de coups de fourche. Il se contenta de la regarder longtemps dans les yeux sans rien dire, puis il ouvrit la porte et la laissa partir. Il apprit que, pendant la journée, tout le monde au village avait remarqué l'agitation fébrile de cette petite vieille, d'ordinaire très tranquille. Elle ne pouvait pas tenir en place, allant de la fontaine au lavoir et à la boutique sans motif. Elle avait senti que le sort lui était renvoyé par le «gromancien» de Charleville, et se savait dominée et en danger.

Après quelque temps, elle quitta le village. Quant à Joseph, après avoir été le plus remuant garçon d'Orchimont, il en devint le plus paisible. Ayant retrouvé la santé, il vécut vieux, sans histoire, peu bavard. Mais quand on le regardait le soir fumer la pipe sur son banc, on voyait une étrange petite lueur danser dans ses yeux.

 
 


 

_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 6 Juil - 21:48 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

  Razz Razz Razz   ca me rappelle mon enfance quand notre maman nous disait que nous nous avions la danse Saint-Guy Exclamation  j'en ignorais l'origine Wink  comme quoi , il n'est jamais  trop tard pour apprendre
Claudine
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 10 Juil - 04:03 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
   
Le Lindenschmitt  (Bas-Rhin) 
 

Vers 1380, un chevalier peu fortuné et sans terre s'empare par la force du château de   Loewenstein, site délaissé par la famille Ochsenstein.
Pour survivre, le chevalier, accompagné par une bande de coupeurs de gorges, rançonnent tous   les voyageurs et passants circulant sur son territoire.
Afin de cesser les pillages et rendre le calme à cette région, une armée est levée contre lui. Les   cavaliers le pourchassent à chacun de ses larcins. Curieusement, ils restent introuvable. Des   limiers sont recrutés pour suivre les traces laissées par sa monture, mais ils ne réussissent   jamais à comprendre sa direction.
On prétend qu'il disparaît dans la roche, ou qu'il s'évapore comme un nuage. La légende du chevalier prend forme. Certains pensent que ce cavalier a fait un pacte avec Satan, d'autres   affirment que c'est un fantôme.
 
 
 
Mais nul ne sut la vérité pendant des siècles. Le château fut maudit et la contrée fut isolée du   monde. On découvrit finalement le secret de ses disparitions : il ferrait ses chevaux à l'envers.Les traces allaient dans le sens inverse de sa direction.
La légende raconte aussi que le Linkenschmidt, arrêté par Gaspard de Freundsberg, espion du   margrave de Bade,fut décapité à l'aube avec son fils et son serviteur. Depuis, a ruine du châteauest hantée : à chaque fois qu'une guerre se prépare, on entend à la nuit tombée le   Linkenschmidt qui sort avec sa bande en poussant des cris sauvages.
Le Lindenschmitt est aussi appelé le Lœwenstein, ou encore le Linkenschmidt (le forgeron   gaucher).

 
  
 
  
 
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 8 Aoû - 18:24 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
 
 
LES TROIS NOIX ... 
Il était une fois un homme très pauvre. Il n'avait rien, à part ses trois enfants orphelins de mère. Il n'avait rien à leur donner à manger.

Un jour, il leur dit  :

«Alors, mes enfants, partez où vous voulez parce que je ne peux plus subvenir à vos besoins. Je n'ai rien, je suis un homme pauvre.»
Les trois frères prirent la route et quand ils se trouvèrent à la croisée des chemins, ils se mirent d'accord que dans trois ans ils se rencontrent au même endroit et que chacun montre ce qu'il a obtenu pendant ces trois années.
Ils se séparèrent, et ils partirent dans des directions différentes.

Quand les trois ans furent passés, le plus jeune se dit qu'il devait rentrer à la maison. Il était au service d'un vieil homme. Il faisait très honnêtement son travail, souvent même mieux que ce qu'il lui était demandé.

 Un jour, il dit au vieil homme  :

«Eh bien, mon brave vieux, les trois années ont passé, je pars parce que je dois rencontrer mes frères. Donnes-moi le salaire que j'ai bien mérité.»
Le vieil homme se leva et sortit trois cents pièces d'or ainsi que trois noix et il les déposa sur la table. «Tiens, fiston, si tu prends les pièces d'or, saches que je ne te les donne pas de bon coeur. Mais si tu prends les noix, cela est bien, je te les donne de grand coeur».
Le jeune homme se dit : «S'il me donne les noix aussi volontiers que j'ai travaillé ici, alors je prendrai plutôt les noix».
Il dit alors au vieil homme  :

«  - Ne vous inquiétez pas, mon petit vieux ! Je prends les trois noix, parce que vous me les donnez de bon coeur et si nous sommes encore en vie, un jour je reviendrai peut-être chez vous.- Que la paix et la chance t'accompagnent, fiston. Je sais que tu ne devras plus jamais revenir ici  !», dit le vieil homme.


Le jeune homme alla à la croisée des chemins et rencontra ses frères. Ils s'interrogèrent sur leurs gains.
Les deux aînés avaient beaucoup de pièces d'or.
Quand ce fut le tour du benjamin, il montra les trois noix et il fut immédiatement accablé d'injures par ses frères.
«Ce n'est pas grave, j'aime les noix. Elles me conviennent très bien parce qu'on me les a données de bon coeur», se dit-il.
Les deux aînés chassèrent leur petit frère pour qu'ils ne rentrent pas ensemble à la maison.Ils avaient peur de la colère de leur père qui ne pourrait pas s'empêcher de les réprimander en voyant les noix.
Le benjamin rentra dans la forêt pour laisser aller ses frères en premier, puis il les suivit.
Pendant la route, il eut subitement faim, mais il n'avait rien à manger.

Il arriva à un puits et se dit que puisqu'il manquait de nourriture, au moins il pourrait boire.Mais quelle idée lui vint-elle à l'esprit ? Il pourrait casser une noix, la manger et boire ensuite. Comme ça, il se sentirait quand même mieux. Il sortit une noix de sa poche, mais quand il la cassa, il eut peur :
 Un troupeau de moutons commença à en sortir.
Les moutons avaient des clochettes autour de leur cou. Il y avait tant de moutons qu'il n'arrivait pas à les compter.
«Oh! se dit-il, j'ai enfin quelque chose à rapporter à mon père  !»

Il oublia qu'il avait faim et soif ! Il voulait rentrer à la maison le plus rapidement possible.
Pendant la route, il pensa qu'il devrait casser une autre noix. Quand il la cassa, des vaches et des boeufs commencèrent à en sortir, et en dernier lieu, deux boeufs magnifiques attelés à une charrette.Il monta sur la charrette, et les moutons et les boeufs marchèrent doucement derrière lui comme s'ils le faisaient sur commande.

Ils étaient tout près de la maison quand le jeune homme pensa à la troisième noix.
« Et si je la cassais et ne rentrais pas à la maison avec une noix entière  !» se dit-il. Ainsi fit-il... Une belle fille en sortait. Quand il l'aperçut, il s'en réjouit tellement, qu'il ne savait plus où il était.

Les deux aînés venaient de montrer leurs pièces d'or à leur père quand le benjamin rentra à la maison, avec un troupeau de moutons et de boeufs, avec une jolie fille sur la charrette, tirée par deux boeufs magnifiques.

Les deux aînés eurent peur quand ils le virent, car leur frère n'avait que trois noix quand ils s'étaient séparés à la croisée des chemins.
«Je vous ai bien dit qu'on m'avait donné les noix de bon coeur ! Il est impossible que l'argent seul soit capable de nous faire plaisir.Tout ce que vous voyez ici est sorti de trois noix. Maintenant riez, si vous pouvez  !», dit le benjamin à ses frères.
Les aînés partirent pour aller voir le vieil homme.
Mais ils ne le retrouvèrent jamais, et eux-mêmes ne rentrèrent plus jamais à la maison.
Le benjamin resta avec son père et s'occupa de lui.
Il vit encore aujourd'hui s'il n'est pas mort entre-temps, et il est en train de traire son troupeau de brebis.

 

_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 8 Aoû - 23:22 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

  Claudine pour cette tres belle histoire Razz   belle morale   
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 22 Aoû - 14:18 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
 
UN PETIT CONTE: 
" Le vieil arbre et le petit nuage "  
 
Un arbre mort se désespérait seul dans l’immense plaine  
si verdoyante était-elle ?... 
 
Que vais-je devenir ? 
 
- Je ne reverdirai plus, mes branches casseront, mon tronc se fendra, on finira par m’abattre. 
 
Un petit nuage cotonneux, seul et perdu dans le ciel bleu, se désespérait lui aussi et il était triste, tout perdu, esseulé. 
 
En passant au-dessus de l’arbre, pris de fatigue et de lassitude, 
il se posa, il vit que l’arbre lui sourit et qu'il lui dit : 
 
« Mais, tu me coiffes les branches comme si j’avais des feuilles. Et toi ! Je te vois malheureux, seul et triste. Reste avec moi, tu feras de l’ombre à mes vieilles branches et je te tiendrai compagnie. » 
 
Le nuage, tout ému, laissa couler de sa ouate blanche des larmes de perles irisées aux couleurs de l’arc-en-ciel, et le remercia, enfin tout heureux ne point être seul. 
 
De ces gouttes éphémères, ne vit-on pas des bourgeons renaître des branches du vieil arbre et le nuage se caler définitivement entre les branches verdissantes de son nouvel ami. 
 
 

_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Ven 23 Aoû - 22:22 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

   tres joli conte           

_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 12 Sep - 07:32 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LEGENDES DE MORTEMER          
 
          
 
MATHILDE,  la dame blanche de Mortemer          
 
         
 
          
 
A Lisors dans l’Eure en Normandie on parle d’une dame blanche qui fait parler d’elle depuis 800 ans.         
Elle est apparue au fil des siècles près de l’abbaye de Mortemer.On prétend qu’il ne faut pas la toucher car on risque la mort dans la nuit si on le fait, au moment où elle apparait devant les murs de l’abbaye. La dame blanche de Mortemer serait la réincarnation d’une femme qui a vraiment existé. Il s’agirait de Mathilde (Reine d’Angleterre dite l’impératrice) la petite fille de Guillaume le conquérant et fille d’Henry 1er.Elle se maria très jeune puis fut cloîtrée à l’abbaye après la mort de son premier époux, un empereur allemand.
 
Après sa sortie de l’abbaye elle se remaria à Geoffroi V Plantagenêt (Duc de Normandie dit le Bel) et donna naissance à Henri II(futur père de Richard Cœur de LIon et de Jean sans Terre).
 
On dit qu’elle reviendrait les jours de pleine lune de préférence au mois d’Aout. On dit également que si elle porte des gants blancs il y aura naissance ou mariage et que si elle porte des gants noirs il y aura la mort dans la nuit.
 
Apprenant que l’abbaye était hantée par cette dame blanche, l’Eglise ordonna qu’on l’exorcise.
Aujourd’hui encore les gens habitant à proximité sont convaincus que l’abbaye est habitée par une présence étrange qui ne peut s’éloigner du cloître.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La Garrache         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
Le 1 er Janvier 1884, Roger Saboureau, braconnait dans la forêt de Lyons. il n'était pas rassuré, se sentant épié, surveillé... Instinctivement il se retourna et se retrouva face à une louve de belle taille. La peur au ventre, il la blessa mortellement et se sauva en abandonnant la bête.         
Le lendemain à l'aube, au même endroit, on découvrit le cadavre de sa femme baignant dans son sang.C'était une " Garrache": une femme ensorcellée qui, sous la forme d'une louve traverse les campagnes et les forêts, les nuits de pleine lune. Elle était condamnée à errer et à tourner chaque nuit sept fois autour de sept villages.       
 
 
 
          
 
         
 
         
          
 
La fontaine des célibataires        
 
        
 
        
 
         
A l'intérieur de l'Abbaye de Mortemer se trouve un lavabo du XII ème siècle où les moines se lavaient le visage, les mains et les pieds avant d'aller prendre leur repas. Il y jaillit encore une eau aux vertus magiques: c'est la fontaine Sainte Catherine. Des régions proches ou lointaines, les jeunes filles à marier venaient et viennent encore à la fontaine, elles y jettent une épingle à cheuveux, ou une pièce, afin de trouver un mari dans l'année.  Cette légende donna naissance à trois prières.  
 
 
 
 
 
 
La plus ancienne :         
 
        
 
Catherine chère patronne        
 
nous sommes à vos genoux        
 
oh vous, qui êtes si bonne        
 
ayez pitié de nous.        
 
Oui nous osons le dire        
 
nous voulons nous marier        
 
et c'est vrament sans rire        
 
que nous venons prier.        
 
Nous voulons de l'amour        
 
gôuter la joie profonde        
 
et prendre à notre tour        
 
notre place dans le monde.        
 
        
 
La seconde, incrite sur la fontaine:        
 
         
 
Sainte Catherine soyez bonne        
 
Nous n'avons plus d'espoir        
 
De nos coeurs fortement épris        
 
Donnez nous un mari.        
 
         
 
Quand à la troisième, elle est dite à l'intérieur de l'abbaye :        
 
        
 
Catherine,catherinette ma mie,        
 
il me faudrait bien me marier        
 
Catherine,catherinette ma mie,        
 
ne voudrais tu pas m'écouter        
 
Catherine,catherinette ma mie,        
 
voici mon épingle dorée        
 
je te la donne et je t'en prie        
 
que me vienne un beau cavalier        
 
Légende! vous avez dit légende ?        
Pourtant, aujourd'hui encore, ils sont nombreux, ces gens si heureux d'avoir trouvé l'amour, qu'ils écrivent spontanément pour te remercier fontaine, jolie fontaine... Cette fontaine aux vertus prodigieuses est visitée régulièrement par un moine fantôme. Il se matérialise pour venir en aide aux personnes en danger. Durant la seconde guerre mondiale et sous l’occupation allemande, un parachutiste britannique tomba non loin de cette fontaine. Perdu au milieu de la nuit, il ne savait que faire pour rejoindre le réseau de résistance. À sa grande surprise, il aperçut un moine à ses côtés, dans le silence de la nuit. Sans un mot, ce dernier lui fit signe de le suivre et, avant de s’éloigner, le guida non loin de la ferme qu’il devait rejoindre. Quand le soldat anglais évoqua à ses hôtes l’étrange moine qui le conduisit jusqu’ici, un silence angoissant se mit à planer brusquement sur la pièce… Les gens du coin savaient pertinemment qu’il n’y avait plus l’ombre d’un moine depuis la Révolution !
 
 
 
 
 
 
         
 
         
 
         
 
Les Quatres hommes moines         
 
         
 
Le cellier de l'abbaye est étroitement liée à la disparition de 4 hommes. A cette époque il n'étaient plus que 4 moines à s'occuper de l'abbaye qui tombait en ruines.        
Victimes de la folie des hommes, on les accusa d'affamer le peuple, on les pourchassa et les exécuta sans pitié dans le cellier où leur sang se mêla au vin des tonneaux éventrés.Depuis, leurs spectres hantent inlassablement le cellier et les ruines de l'abbaye. Pendant la première guerre mondiale, des officiers anglais qui logeaient dans le cellier, aperçurent quatres ombres vêtues de bures. Ils les décrivirent avec assez de détails pour qu'on fût persuadé qu'ils avaient bel et bien rencontré les quatres religieux assasinés bien des années avant. De nos jours encore, les 4 moines hantent l'abbaye. Beaucoup affirment les avoir aperçus faisant le trajet du cellier au pigeonnier. Le cellier où règne une atmosphère oppressante, qu'a pu ressentir une jeune femme en octobre 1999. Elle ne put rester plus d'une minute en ce lieu. Quand ses amis lui demandèrent ce qu'il se passait, elle répondit, le visage pâle, les jambes tremblantes: "Non, rien, absolument rien " ... Elle avoua plus tard qu'elle avait éprouvé un mélange d'angoisse, de souffrance, de peut et de tristesse dans cette pièce. C'est alors qu'elle apprit ce qui s'y était passé... Elle ne fût pas la seule a s'y sentir mal... 
 
Une légende raconte que les Moines gardent leurs richesses. Ces religieux étaient riches ! Ils possédaient 5 000 hectares dont ils tiraient leurs revenus, sans oublier les dons qu'on leur faisait, et ca depuis 1134.
Il y a alors peut etre un trésor.. Mais personne ne veut aller le chercher car ca serait la mort assurée...
 
 
 
 
 
 
 
 
        
 
         
 
Le Chat Goublin         
 
         
 
Le Chat Goublin de Mortemer, est un chat qui est en réalité un lutin qui prend l'apparence de cet animal pour garder le trésor dont il a la charge. Souvent, il n'est pas rare de croiser des chats errants dans les ruines, il n'y a qu'à les suivre...         
 
         
 
        
 
Le logis hanté         
 
         
 
Il n'y a pas que les ruines qui seraient hantées, le logis abbatial aurait lui aussi ses revenants...        
 
Si l'abbaye changea fréquemment de mains au cours du siècle dernier, c'est certainement pour une bonne raison.        
 A l'intérieur de l'abbaye, une chambre ("la Chambre Rose" qui n'est pas visitable) aurait accueillie Mathilde l'Emperesse lors de sa réclusion. Beaucoup de personnes qui y ont séjourné ont senti des chose étranges... Mais à en croire les habitants, les phénomènes qui se déroulent dans cette pièce, se déroulent aussi dans toutes les autres. Bruits de pas inexpliqués, portes qui s'ouvrent et se referment... Selon certains, au petit matin des tableaux du premier étage se retrouve retournés contre le mur, ou même descendus sur le sol sans que le clou ne soit descellé et la ficelle arrachée.    
 
 
 
 La danse  
 
         
 une autre légende est contée , celle d'un noble qui rencontre une jeune fille Melusine , et danse toute la nuit avec elle, fragile, belle, il tombe sous son charme et veut la raccompagner en sa demeure. Elle dit non mais lui indique le lieu. Le lendemain il s'y rend, rencontre une femme agée, lui explique qu'il a dansé toute la nuit avec sa fille et lui demande de la voir. Elle lui répond , en montrant un carré d'herbe :" elle est là depuis 40 ans "..Il avait rencontré un adorable fantome qui ne souhaitait que danser.....



         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
claudine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 49 436
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 12 Sep - 14:39 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 Fleurdeschamps, toujours très intéressée par toutes ces légendes... qu'attends-tu pour aller chercher le "trésor"?

tout cela est très troublant


_________________




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
fleurdeschamps
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2012
Messages: 10 178
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mar 17 Sep - 05:14 (2013)    Sujet du message: contes et légendes Répondre en citant

 
 
 
La Rose d"Argent (Alsace)   
 
   
 
   
 
   
 
   
 
   
 
   
 
   
  Au coeur des montagnes vosgiennes de Sainte Marie aux mines, vivait un peuple entier de nains. Ces derniers avaient bâti une cité souterraine d’une beauté éblouissante. Cette ville de cristal et d’argent était une Porte permanente entre les deux mondes. Les nains creusaient la terre et côtoyaient les hommes à qui ils apprenaient les arts de la mine, de la forge et de l’orfèvrerie.  
Mais malgré la bonne entente entre humains et nains, le scepticisme et la méfiance commencèrent à grandir dans le coeur des hommes. Les disputes, les conflits et les jalousies se multiplièrent.
  
Or, il advint qu’un jour, le Roi des Silberzwergen sortit de la montagne pour contempler le clair de lune du monde des humains. Près d’un ruisseau, il aperçut une jeune femme qui était la fille d’un riche mineur et qui venait à peine de sortir du cloître où des nonnes l’avaient élevée.
  
La jeune demoiselle était d’une radieuse beauté et le roi des Nains en tomba éperdument amoureux. Il se révéla à elle pour lui confier son amour mais celle-ci fut effrayée de voir ce petit être informe, croyant avoir devant elle un de ces démons dont les bonnes soeurs lui avaient parlé. Elle s’enfuit sans dire un mot.
Le Roi des Nains était pris d’une grande passion pour la demoiselle. Il tenta à maintes reprises de la séduire, la couvrant de cadeaux magnifiques. Mais celle-ci, terrorisée, s’enfuyait toujours.
  
Fou d’amour, le Roi des nains ne savait plus quoi faire. Il finit par offrir à la jeune femme le plus merveilleux trésor qu’il possédait : la Rose d’Argent. C’était un objet unique et d’un grand pouvoir, fabriqué par les Anciens et la Déesse de la Lune. La Rose reposait au coeur de la cité souterraine et c’était elle qui reliait les deux mondes en permanence grâce à sa magie. Mais une nouvelle fois, la jeune fille refusa les avances du nain. Elle s’enfuit en criant des paroles blessantes au roi qui lui tendait la Rose dans un geste de supplication.
  
En chemin, elle eut un terrible accident : elle trébucha sur la racine d’un arbre dans l’obscurité de la nuit et tomba dans la rivière. Ne sachant pas nager, elle se noya.
  
Le roi des nains éprouva un immense chagrin après avoir appris la noyade de la jeune fille. Il retourna dans la montagne et fit écrouler toutes les galeries des mines derrière lui. De part ses pouvoirs magiques, les mineurs de la Vallée de Sainte Marie aux mines ne parvinrent plus jamais à découvrir les filons d’argent ou d’or qui circulaient sous la montagne. Le roi, toujours malheureux, prit la Rose magique et partit au loin, dans les régions à l’est du Waldwelt.
  
Cet épisode malheureux eut de grandes répercussions dans le Waldwelt : en l’apprenant, ses habitants sentirent qu’il n’était plus possible d’entretenir des relations avec les humains si ceux-ci les fuyaient. Partout, fées, elfes, nains, lutins disparurent peu à peu et ne laissèrent leurs empreintes qu’à travers les légendes et les contes de toute sorte.
  
Le roi des Nains quant à lui parvint dans son pays natal, dans les montagnes qui surplombaient le château de La Licorne et la Forêt des Ténèbres. Là, il fit cadeau de la Rose à la Dame à la Licorne et cette reine des Elfes accepta la garde du trésor qu’elle jeta dans le puit profond de sa demeure. Le nain malheureux partit retrouver ses chères montagnes et mourut de chagrin…


 
   
 
   
 
  
  
   
 
  
     
_________________


Le malheur de t'avoir perdu n'effacera jamais le bonheur de t'avoir connu.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:47 (2017)    Sujet du message: contes et légendes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les mousquetaires Index du Forum -> Le coin des mousquetaires -> contes et legendes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 610, 11, 12  >
Page 5 sur 12

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com