Les mousquetaires Index du Forum

Les mousquetaires
fraternité-amitié-partages

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

poeme de noel
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les mousquetaires Index du Forum -> Le coin des mousquetaires -> Le coin de Gilbert et Colette
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 14 Déc - 12:27 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Un Noël d'Allemagne.

Heidelberg, Noël 1843.

Enfants et fleurs, vous, grâce de la vie,
Calices purs d'innocence et d'amour,
Voici Noël ! Noël tous nous convie,
Mais vous surtout êtes rois en ce jour.
Au ciel, enfants, dérobez son sourire,
Fleurs, à la terre empruntez vos couleurs ;
Notre allégresse auprès de vous s'inspire,
Enfants et fleurs !

Enfants et fleurs, ô suave rosée,
D'un Dieu clément envoi mystérieux,
Vous ignorez pour toute âme embrasée
Quelle fraîcheur vous distillez des cieux !
Un vent plus doux vient caresser la lyre,
Du cœur blessé vous calmez les douleurs ;
Tout reverdit à votre aimable empire,
Enfants et fleurs !

Enfants et fleurs, par quels magiques charmes,
Vous, chers aux bons, mais aux méchants jamais,
Au repentir arrachez-vous des larmes,
A l'espérance apportez-vous la paix ?
Serait-ce hélas ! que, miroirs sans nuage,
Purs de toute ombre et non ternis de pleurs,
D'un ciel perdu vous reflétez l'image,
Enfants et fleurs ?

Sainte au front pâle et couronné d'étoiles,
A l'œil profond comme l'éternité,
Fille de Dieu qui lis en Dieu sans voiles,
Descends vers nous, chaste Sérénité ;
Sur un berceau tu mis ton auréole,
Dans un rayon consume nos langueurs ;
Et, pur encens, que notre âme à Dieu vole,
Enfants et fleurs.



Henri-Frédéric Amiel
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 14 Déc - 12:27 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
claudine
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 48 124
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 14 Déc - 13:46 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant


_________________


" Ne pas partager est une perte de temps, merci de m'en avoir fait gagner "M.Bernier


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 14 Déc - 15:15 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Noël.

Recueil : Emaux et camées (1852)

Le ciel est noir, la terre est blanche ;
— Cloches, carillonnez gaîment ! —
Jésus est né ; — la Vierge penche
Sur lui son visage charmant.

Pas de courtines festonnées
Pour préserver l'enfant du froid ;
Rien que les toiles d'araignées
Qui pendent des poutres du toit.

Il tremble sur la paille fraîche,
Ce cher petit enfant Jésus,
Et pour l'échauffer dans sa crèche
L'âne et le bœuf soufflent dessus.

La neige au chaume coud ses franges,
Mais sur le toit s'ouvre le ciel
Et, tout en blanc, le chœur des anges
Chante aux bergers : « Noël ! Noël ! »


Théophile Gautier
(1811 - 1872)
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 14 Déc - 15:57 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant


_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 14:35 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Merveilleux Noëls.

Recueil : Poèmes de Noël (2002)

Merveilleux Noëls de mon enfance,
Avec toute cette effervescence
Qui régnait partout dans la maison,
Et le sapin plein de décorations !
Moments de joie sans pareil,
Parés de bonheur et de merveilles ;
Maman qui préparait la bûche,
Nous qui faisions les truffes
Les mains pleines de chocolat,
Plus sur nos doigts que dans le plat !
Et enfin, la dernière nuit venue
Avant le grand jour tant attendu,
Le sommeil qui ne veut pas venir,
Trop excités pour s'endormir ;
Espérer que le Père-Noël va oublier
Les bêtises faites pendant l'année,
Puis au petit matin, se lever,
Et devant nos yeux émerveillés
En découvrant les paquets,
Nos parents qui souriaient !

Je revis ces merveilleux moments
Aujourd'hui, avec mes enfants ;
Décorer toute la maison
De guirlandes en papier crépon,
Mettre dans la crèche les santons,
Sur le sapin, les boules brillantes
Et les guirlandes étincelantes
De mille couleurs scintillantes !
Préparer avec eux le repas de fête,
Sortir les plus belles assiettes,
Et à l'approche du jour formidable
Les découvrir un peu plus sages,
Juste pour que le Père Noël oublie
Qu'ils n'ont pas toujours été gentils !
Avec le même regard pour mes enfants
Qu'avaient jadis pour moi mes parents,
Je retrouve chaque année l'instant magique,
Quand leurs yeux magnifiques
Découvrent sous le sapin,
Leurs cadeaux au petit matin !



Véronique Audelon.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 14:53 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Joyeux Noël à tous.

Recueil : La fête de Noël (1852)

C'était la nuit de Noël, un peu avant minuit,
À l'heure où tout est calme, même les souris.
On avait pendu nos bas devant la cheminée,
Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée.

Blottis bien au chaud dans leurs petits lits,
Les enfants sages s'étaient déjà endormis.
Maman et moi, dans nos chemises de nuit,
Venions à peine de souffler la bougie,
Quand au dehors, un bruit de clochettes,
Me fit sortir d'un coup de sous ma couette.

Filant comme une flèche vers la fenêtre,
Je scrutais tout là haut le ciel étoilé.
Au dessus de la neige, la lune étincelante,
Illuminait la nuit comme si c'était le jour.

Je n'en crus pas mes yeux quand apparut au loin,
Un traîneau et huit rennes pas plus gros que le poing,
Dirigés par un petit personnage enjoué :
C'était le Père Noël je le savais.

Ses coursiers volaient comme s'ils avaient des ailes.
Et lui chantait, afin de les encourager :
« Allez Tornade !, Allez Danseur ! Allez , Furie et Fringuant !
En avant Comète et Cupidon ! Allez Eclair et Tonnerre !
Tout droit vers ce porche, tout droit vers ce mur !
Au galop au galop mes amis ! au triple galop ! »

Pareils aux feuilles mortes, emportées par le vent,
Qui montent vers le ciel pour franchir les obstacles ,
Les coursiers s'envolèrent, jusqu'au dessus de ma tête,
Avec le traîneau, les jouets et même le Père Noël.

Peu après j'entendis résonner sur le toit
Le piétinement fougueux de leurs petits sabots.
Une fois la fenêtre refermée, je me retournais,
Juste quand le Père Noël sortait de la cheminée.

Son habit de fourrure, ses bottes et son bonnet,
Etaient un peu salis par la cendre et la suie.
Jeté sur son épaule, un sac plein de jouets,
Lui donnait l'air d'un bien curieux marchand.

Il avait des joues roses, des fossettes charmantes,
Un nez comme une cerise et des yeux pétillants,
Une petite bouche qui souriait tout le temps,
Et une très grande barbe d'un blanc vraiment immaculé.

De sa pipe allumée coincée entre ses dents,
Montaient en tourbillons des volutes de fumée.
Il avait le visage épanoui, et son ventre tout rond
Sautait quand il riait, comme un petit ballon.

Il était si dodu, si joufflu, cet espiègle lutin,
Que je me mis malgré moi à rire derrière ma main.
Mais d'un clin d'oeil et d'un signe de la tête,
Il me fit comprendre que je ne risquais rien.

Puis sans dire un mot, car il était pressé,
Se hâta de remplir les bas, jusqu'au dernier,
Et me salua d'un doigt posé sur l'aile du nez,
Avant de disparaître dans la cheminée.

Je l'entendis ensuite siffler son bel équipage.
Ensemble ils s'envolèrent comme une plume au vent.
Avant de disparaître le Père Noël cria :
« Joyeux Noël à tous et à tous une bonne nuit. »


Clément Clarke Moore.
(1779-1863)
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 15:18 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

La bûche de Noël.

Recueil : Chansons et poésies (1862)

Noël ! la bûche est allumée !
Et je suis seul, chez moi, la nuit.
Causons avec le feu, sans bruit,
Porte fermée.
Il peut trouver longs mes discours ;
Moi, j'estime les siens trop courts.
Noël ! la bûche est allumée !

Noël ! la bûche est allumée !
Ô bûche de Noël, es-tu
Le rameau d'un cèdre abattu
Dans l'Idumée ?
Mais non ; je sais bien qu'autrefois
Tu fus un chêne dans les bois.
Noël ! la bûche est allumée !

Noël ! la bûche est allumée !
Parle-moi de nos jours heureux :
Tu descends des coteaux ombreux,
Tout embaumée,
Apportant dans notre cité
Les parfums du dernier été.
Noël ! la bûche est allumée !

Noël ! la bûche est allumée !
As-tu vu des amants s'asseoir
En attendant l'heure du soir
Accoutumée ?
Chut ! on entend un bruit de pas...
Non : c'est un cerf qui fuit là-bas.
Noël ! la bûche est allumée !

Noël ! la bûche est allumée !
Viendrais-tu pas de la forêt
Où, sans se perdre, s'égarait
Ma bien-aimée ?
Les vieux chênes reverdiront,
La mousse au pied, la feuille au front.
Noël ! la bûche est allumée !

Noël ! la bûche est allumée !
Mais toi, tes destins vont finir :
Allez, bonheur et souvenir,
Cendre et fumée.
Adieu, ma bûche de Noël :
Tout rentre en terre ou monte au ciel.
Noël ! la bûche est consumée !


Gustave Nadaud.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 15:20 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

La cloche de Noël.

Recueil : La nuit de Noël (1858)

L'air est froid ; dans les cieux la lune brille et fuit ;
La cloche de Noël résonne dans la nuit.

Irai-je dans le temple où s'assemblent mes frères ?
Irai-je vers le Dieu qui consolait mes pères ?
Non, le temple est ouvert aux enfants de la foi,
Et le Dieu qui console est étranger pour moi.
Non, je ne prierai point ; que me fait la prière ?
Moi, j'écoute le vent siffler dans la bruyère.

L'air est froid ; dans les cieux la lune brille et fuit ;
La cloche de Noël résonne dans la nuit.

Voici la nuit du Christ, la nuit miraculeuse :
A cette heure, du ciel la voix mystérieuse
Plane sur le berceau des enfants nouveau-nés ;
Mais cette voix n'est pas pour les infortunés ;
S'ils regardent le ciel il devient noir et sombre,
Et des bruits effrayants les menacent dans l'ombre.

L'air est froid; dans les cieux la lune brille et fuit ;
La cloche de Noël résonne dans la nuit.

Ne priez point pour moi dans le temple rustique,
Ne priez point pour moi dans la chapelle antique,
Ô vous tous qui priez, ne priez point pour moi.
Seulement, si, le coeur saisi d'un vague effroi,
Vous arrêtez vos pas auprès du cimetière,
Pleurez, pleurez les morts et leur froide poussière.

L'air est froid ; dans les cieux la lune brille et fuit ;
La cloche de Noël résonne dans la nuit.


Jean-Jacques Ampère.
(1800-1864)
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 20 Déc - 18:02 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Lettre de bonne année

Orléans, le 31 décembre 1885.

Ma chère maman, mon cher papa.

J'aurais désiré bien ardemment de pouvoir vous témoigner de vive voix tout ce que mon cœur renferme d'amour et de reconnaissance pour vous ; c'eût été pour moi une joie bien douce de pouvoir vous embrasser au jour de l'an, et de promettre à ma bonne mère, à mon bon père, d'être toujours bien sage et bien docile. Mais puisque je ne puis jouir de ce bonheur, je vous ferai du moins parvenir l'expression sincère de mes vœux et mes promesses : je vous souhaite une félicité sans mélange, qui, du reste, sera la mienne autant que la vôtre, et je vous donne l'assurance d'y contribuer, autant qu'il me sera possible, par mon travail, mon zèle et mes efforts pour vous satisfaire et vous dédommager des sacrifices que vous vous imposez pour moi. C'est dans ces sentiments, ma chère maman et mon cher papa, que vous embrasse de tout son cœur.

Votre enfant chéri et reconnaissant.


Charles Rotier.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 20 Déc - 18:22 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Lettre de meilleurs voeux

Metz, le 31 décembre 1885.

Mes chers parents,

C'est une bien douce obligation, pour un cœur reconnaissant, d'avoir à exprimer à un père bien-aimé, à une tendre mère, ses sentiments d'amour et de respect. Aussi ai-je vu avec joie arriver cette époque où l'usage me fait un devoir de vous redire combien je vous chéris sincèrement et combien est vive ma gratitude pour les soins que me prodigue votre bonté. Oui, mes chers parents, croyez que votre enfant n'est pas ingrat, et que le bienfait de l'éducation que vous lui avez si généreusement accordée développera de plus en plus l'affection qu'il vous porte. Comme la plus grande satisfaction que je puisse vous causer, c'est, je le sais, de mériter par ma conduite votre constante sollicitude à mon égard, je vous promets de faire tous mes efforts pour que vous n'ayez à me reprocher aucune négligence, et qu'en trouvant en moi un fils digne de vous, vous puissiez éprouver quelque joie à reconnaître que vos sacrifices n'auront pas été stériles. Tels sont, mes chers parents, les vœux que je forme à l'approche de cette nouvelle année. Puisse Dieu les réaliser, et vous accorder tout ce que mon cœur, plein de gratitude pour vos bienfaits, ne cessera de lui demander pour vous !

Je suis, avec la plus respectueuse affection,
Mes très chers parents, votre tendre fils.


Louis Bizeau.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 20 Déc - 18:32 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Lettre de bonne et heureuse année

Lyon, le 31 décembre 1885.

Mes chers parents,

Voici venir une époque où je me suis toujours fait un devoir et une douce habitude de vous exprimer combien j'ai pour vous de sincère reconnaissance et de vive affection. Ces sentiments, si naturels dans le cœur d'un fils, les années n'ont fait que les accroître et les fortifier ; car la réflexion me fait voir tous les jours que vous avez été pour moi de bons et sages parents, et que, par vos conseils à la fois bienveillants et sincères, par la prudente direction que vous avez su imprimer à ma jeunesse, vous m'avez imposé une dette de gratitude et d'amour que je serai toujours impuissant à payer. Du moins ne veux-je jamais l'oublier, et suis-je heureux, en ce jour, de vous le redire encore une fois.

Ma femme se joint à moi pour vous offrir l'expression de ses vœux pour votre bonne santé et pour votre bonheur, et mon petit Ernest ne peut se consoler de ne pas embrasser son bon grand-père et sa bonne grand-mère.

Je suis, avec un respect affectueux,
Mes chers parents, votre fils dévoué.


Philippe Belvaux.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
claudine
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 48 124
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 20 Déc - 19:44 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

joli    
_________________


" Ne pas partager est une perte de temps, merci de m'en avoir fait gagner "M.Bernier


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 21 Déc - 16:11 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Lettre de bonne année à un oncle
Paris, le 31 décembre 1885.
Mon cher oncle,

J'aurais bien du plaisir à vous souhaiter de vive voix une bonne et heureuse année ; mais, puisque cette fois il m'est impossible de le faire, je confie à ma plume, bien inhabile à les rendre, tous les vœux que je forme pour votre bonheur et votre santé. Recevez donc, mon cher oncle, mes souhaits pour l'année qui va commencer, et croyez que dans mon cœur j'en fais mille fois plus que vous ne pourriez le supposer d'après ce que je vous écris. De vaines paroles ne valent pas les faits par lesquels j'espère vous prouver toute mon affection.

Votre neveu dévoué.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
claudine
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 01 Jan 2009
Messages: 48 124
Localisation: Liège
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 21 Déc - 16:53 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

joliment écrit,  Colette 
_________________


" Ne pas partager est une perte de temps, merci de m'en avoir fait gagner "M.Bernier


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
COLETTE7


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2014
Messages: 4 873
Localisation: NORMANDIE
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 21 Déc - 18:00 (2014)    Sujet du message: poeme de noel Répondre en citant

Lettre de bonne année à son parrain

Lisieux, le 31 décembre 1885.

Mon cher parrain (ou ma chère marraine),

Il y a longtemps que ton filleul attendait le jour de l'an avec la plus vive impatience, pour avoir la joie de t'exprimer les sentiments de tendresse et de reconnaissance dont il est animé envers toi. Et, en effet, après maman et papa, qui, en ce monde, mérite davantage mes respects et mon affection ? Depuis qu'à ma naissance même tu as promis à mes parents de veiller sur ma conduite, n'as-tu pas pris soin de moi comme de ton propre fils ? Oui, mon cher parrain (ou ma chère marraine), tu n'as épargné aucun conseil, aucun encouragement, pour faire de ton filleul un enfant sage et respectueux. Aussi m'est-il bien doux aujourd'hui de t'offrir, avec les plus sincères remerciements, l'hommage de mes vœux et de mon inaltérable attachement.

Je suis, avec une respectueuse affection,
Mon cher parrain (ou ma chère marraine)
Ton reconnaissant filleul.


Auguste Bertolin.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:38 (2016)    Sujet du message: poeme de noel

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les mousquetaires Index du Forum -> Le coin des mousquetaires -> Le coin de Gilbert et Colette Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com